LA CHAMBRE POURPRE DE L'ARCHEVÊQUE
Jean-Pierre Mac Donald
Jean-Pierre Mac Donald

Dans la lignée de
PROJET POUR UN BOULEVERSEMENT DES SENS ou VISIONS EXOTIQUES DE MARIA CHAPLIN

LA CHAMBRE POURPRE DE L'ARCHEVÊQUE

écrit par Pierre A. Larocque représente bien l'esthétique de L'Eskabel à cette époque : orgie de costumes, de perruques, de décors en stucs, d'espaces scéniques multiples.

RIGOUREUX ET ÉTRANGE

De JOUER L'Archevêque a été pour moi l'une de mes plus grandes satisfactions d'Acteur. Beaucoup plus tard, à Trois-Rivières, en 2000, on reconnaîtra dans Loret Lojiault de LA REPRISE de Claude Gauvreau les accents de L'Archevêque.

Je ne peux d'ailleurs être vraiment à l'aise que dans ce type de personnages.

C'est bien connu : je suis un COMIQUE

UN RITUEL ANIMÉ ET RIGOUREUX
À L'Eskabel

Le Devoir, vendredi 7 avril 1978
par Adrien Guslin

… Le monde de l'imaginaire se déroule dans un tableau où le verbe n'est qu'un accessoire elliptique, plus évocateur que linéaire et descriptif.
Viennent les trois coups : " Ce soir comme tous les soirs, le Théâtre de Babylone présente : LA CHAMBRE POURPRE DE L'ARCHEVÊQUE… Nous allons jouer ta vie… tes souvenirs et tes phantasmes… un théâtre, masques, costumes, perruques et cothurnes nous le rappellent.
… Dans sa volonté de recherche théâtrale où tous les sens participent, où les images nouvelles sont fabriquées puis détruites puis réinstallées à nouveau, le groupe cherche à aller le plus loin possible.

Avec Jacques Crête, Monique Lapointe, Johanne Pellerin, Gilles Michaud, Ariane Lee, Johanne Rivard, Jean-Pierre MacDonald, Marie-Louise Buissières, Cadet Létourneau

Jacques Crête
Jacques Crête
L'Archevêque